Toxic : Une fresque de 40 mètres au Musée Prato, Italie

« 40 MT and Everything in Between »

 

Torrick Ablack, connu sous le nom de TOXIC dans le monde de l’art, décide de choisir le « jean » comme support pour cette oeuvre, symbolisant l’Impérialisme économique Américain dans la fresque circulaire qu’il réalise pour la Galleria Farsetti au Prato. Cette fresque de 40 mètres de long et 20 mètres de haut retranscrit une symphonie de symboles qui ont un sens bien précis pour l’artiste qui les a cultivé au cours de 35 années de pratique urbaine.

toxic_40mt_05

Dès son plus jeune âge, Toxic C-One a rejoint le cercle des « jeunes » qui ont grandi loin des bancs d’écoles et qui gravitaient autour de Fashion Moda, la galerie d’art du Bronx qui était une institution du graffiti à New York dans les années 80, 90. Par la suite, aux côtés d’A-One et Koor B-One, et sous l’influence de Rammellzee et de son amitié avec Jean Michel Basquiat, Toxic développe son propre langage pictural en commençant par étudier les lettres manuscrites dans les livres Médiévaux, ceux-ci étant à l’époque reconnus comme des décorations très sophistiquées. Son but était, et est toujours, de raviver une méthode de communication qui cache un message plus profond que les couleurs vives de ses motifs. Pour cela il se doit juxtaposer les images et les symboles, fragments isolés remplis de significations, reliés ensemble sans logique compréhensible.

Cette impressionnante réalisation artistique est un point d’arrivée et de re départ: dans « 40 mètres et tout ce qu’il y a entre ». Ici, les concepts exprimés par l’artiste font parties de ceux qu’il développa tout au long de sa carrière, mais son point de vue a profondément changé. Avant tout, le rythme est différent de celui qu’il avait dans le passé.

Toxic continue de défendre la création d’un langage qui révèle et boycott les mécanismes de contrôle de la communication de masse, et dans cette pièce, il nous demande de faire un pas en avant en nous immergeant totalement dans son art. « 40 meters and everything in between » commence avec le symbole de l’infini, avec un mouvement de spirale qui nous plonge dans des couleurs intenses qui reflètent nos émotions. Parmi ces éléments peint, « in between » (« entre deux »), nos yeux se baladent aventureusement, notre esprit reconnaît, appréhende, se repose un temps et associe … nous sommes au centre de cette chambre vide. Nous sommes aussi ce « in between ».

toxic_40mt_02

toxic-640x246