Psyckoze

Engagé pour la reconnaissance des cultures urbaines depuis de nombreuses années, il a été à l’initiative de plusieurs espaces alternatifs dédiés aux arts urbains à Paris dont La Fonderie puis le 115 à Bagnolet, deux lieux de production et de diffusion des cultures urbaines au niveau international.

Sa démarche artistique s’inscrit parallèlement dans l’espace public et en atelier. De New York à Puerto Rico en passant par Tokyo ou Bombay, il a ainsi réalisé plusieurs collaborations avec des institutions françaises comme l’ambassade de France à Tokyo (exposition No man’s land) ou encore avec l’Institut Français dans le cadre du festival Bonjour India en Inde, avec l’ambassade des EtatsUnis dans le cadre du projet de fresques murales Mural Art Program de Philadelphie. Il a ainsi peint aux quatre coins de la planète un « Guardian angel of love », dessin inspiré par les dieux védiques, personnage sans visage avec des ailes d’ange portant l’amour comme un objet précieux à préserver. Le Guardian Angel s’est imposé progressivement dans la démarche de l’artiste, comme symbole et message universel de l’humanité à diffuser dans le monde. Son travail en atelier trouve son inspiration dans l’environnement urbain. Il découle des codes du graffiti. Tags, coulures se superposent dans ses œuvres abstraites. Ses toiles plus figuratives mettent en scène des personnages sans visages, réalisés d’un trait lâché comme une signature, avec la même dynamique qu’un tag. Protéiforme, Psyckoze multiplie les mediums et les techniques. Parallèlement au graffiti éphémère dans la rue, il développe depuis trente ans une démarche dans les catacombes de Paris dans lesquelles il laisse une trace de son époque, préservée des outrages du temps. Ses travaux in situ ont été immortalisés à travers des films réalisés par l’artiste.

Pour plus d'informations sur cet artiste, contactez-nous