Nasty

NASTY commence sur les rames du métro et les terrains vagues de la capitale en 1988. En 1992 une jeune galeriste audacieuse, Magda Danisz, lui propose de sortir de la rue pour faire découvrir son travail à un public encore retissant à cette forme d’expression. Décidé à garder du sens et à se distinguer, il utilise alors des « morceaux » de la ville et les transforme en véritable supportet plus tard les carreaux de céramique qui recouvrent les couloirs du métro. Loin d’une volonté de délester la RATP de ses symboles, il s‘agit là plutôt d’en préserver les éléments qui disparaissent au profit de panneaux signalétiques digitaux et de présenter le graffiti dans un contexte urbain et authentique. Avoir une oeuvre de NASTY c’est avoir un petit bout de l’histoire de Paris chez soi

Depuis peu, il a su se renouveler et nous surprend encore avec un nouveau support: les compressions de… bombes aérosols. Des centaines de bombes qu’il avait gardé comme des reliques avec l’idée d‘en faire quelque chose, sûrement pour que la boucle soit bouclée. Cela fait presque 30 ans déjà, que NASTY poursuit sa quête d’excellence, nous surprenant sans cesse par son énergie communicative et l’originalité de son travail très coloré et positif.

Pour plus d'informations sur cet artiste, contactez-nous